mardi 11 septembre 2007

L’underground retourné


J’ai laissé passer le coche quand Tony Wilson, le patron de la Factory, est mort, alors je ne vais pas oublier de saluer Jean-François Bizot, sacré agitateur d’idées sans qui la France aurait été différente (déjà qu’actuellement, elle ne respire pas la fantaisie…).
A Nöel dernier, mon amie m’a offert ce beau livre, recueil de fac-similés des fanzines datant des années 60 et 70.Un beau bordel qui partait dans tous les sens, un concentré d’utopie et de délires (la Free Press était une sorte d’internationale de l’underground qui permettait aux différents fanzines d’échanger des papiers gratuitement). Bizot pour l’occasion avait ouvert ses archives personnelles et voir ses pages pleines d’idées et de subversion reste une expérience étonnante.
Que je sache, c’est le dernier livre dont Bizot se sera occupé. Le fondateur d’Actuel, de Radio Nova est mort à 63 ans dimanche du cancer et ça fait un peu court. Je l’avais croisé une fois dans l’ascenseur de Radio Nova alors que j’allais participer à Test, l’émission d’Ivan Smagghe (on parle de la fin du précédent millénaire). J’étais simple chroniqueur et lui m’avait dit en rigolant, voire en se foutant de ma gueule: « ah, vous devez être quelqu’un d’important si Ivan vous reçoit ». Un souvenir court mais qui m'a marqué. J'aurais bien aimé le rencontrer plus longuement...

2 commentaires:

Li-An a dit…

Ah, là je ne peux pas faire mon malin. Il me semble qu'Actuel avait publié Crumb pour la première fois en France, non ?

Oslav Boum a dit…

Hé oui ! Beaux témoignages dans Libé ce matin qui revient sur Bizot pendant deux pages.