mardi 18 septembre 2007

Klezmer 3




J’avoue, je montre envers Joann Sfar une fidélité quasi-aveugle *. Mais j’aime la vie qui se dégage de ses innombrables livres. Dans le troisième Klezmer, tout n’est pas réussi (loin de là) et certaines cases, dessinées vite, sont franchement ratées. Pas grave : Sfar ne cherche pas à être parfait, il préfère retrouver donner du temps à ses nombreux personnages plutôt que de jouer le perfectionniste. « Bien entendu, je suis content lorsqu’il est question de dessiner, mais quand il s’agit de Klezmer, j’aime encore mieux. Je me dis : “ils reviennent”. Et j’ai hâte de les retrouver sur les bords de la Mer Noire », écrit-il ainsi en haut de la première planche. C’est cet enthousiasme que je trouve contagieux. Et puis les personnages de Klezmer, musiciens à moitié voyous, sont attachants et drôles. L’intrigue de Tous des voleurs est assez lâche, elle pourrait tenir en moitié moins de pages mais Sfar l’étire. Pas parce qu’il n’a rien à dire, simplement il a plaisir à les montrer jouer, il a plaisir à manier les aquarelles de manière surprenante (parfois, c’est flashy). Les cases se bousculent, le jaune se bat avec le vert, lui-même éclipsé par le violet, etc.
Fin novembre de l’année dernière, alors que je le rencontrais pour la sortie du quatrième Chat du rabbin, il me disait :
« J’apprends beaucoup en jouant du violon. Ce que l’on fait avec un archet c’est proche de ce que l’on fait avec une plume. Je n’ai jamais de réflexion théorique sur le dessin parce que ça m’empêche de dessiner tranquille ; en revanche, j’aime bien développer une pensée sur le violon. Et comme je suis mauvais musicien, je peux réfléchir. Ça me sert ensuite pour le dessin… Autant le dessin que je pratique dans Le Chat du rabbin est celui du conte traditionnel, très posé et soigné à ma façon, autant ce que je fais dans Klezmer c’est de la musique en dessin. Il y a du blanc entre les lignes, de l’aquarelle qui est jetée ».
Cet album, qui se finit par des souvenirs d’un séjour à Odessa (Sfar ne sait pas être bref, on ne va pas lui reprocher) est donc un ode à la musique, un beau livre d’images, un récit plein de sexe et de bandits.
Tous des Voleurs - Klezmer 3 - Maquis/Gallimard
* A priori, cette seule ligne devrait déjà justifier un commentaire de notre ami Li-an…

4 commentaires:

Li-An a dit…

(P'tain, je deviens prévisible... T'vas voir toi...).
Ah, quel bonheur de découvrir ici un nouvel opus de Sfar. Ce génie qui se fait tellement rare sait exprimer des émotions vraies avec des personnages inoubliables. Merci Vincent de nous abreuver de telles pépites qui nous permettent d'oublier que Marj...Satr(krrr) est nominée aux Oscars. Encore merci. Merci.

Oslav Boum a dit…

On y croirait presque, bravo. ça valait le coup au moins de parler de Klezmer pour avoir ce commentaire élogieux d'une spontanéité bluffante...

ça reste quand même notre GROS point de discorde, ah ah.

Li-An a dit…

Je viens de voir qu'on peut rajouter Bat for Lashes. Je fourbis ma mauvaise foi.

Oslav Boum a dit…

Hé oui, je fournis la batte pour prendre des coups.