jeudi 23 août 2007

Diego Aranega & Jochen Gerner : 100 000 milliwatts




Alors que je l’ai lu plusieurs fois (dans différents états, hum) j’ai inexplicablement oublié de mentionner ce 100 000 milliwatts. Sans doute aussi parce que je n’avais pas envie provoquer une overdose de Shampooing. Voici un livre qui, dès les pages de garde littéralement hypnotiques, se révèle être plus malin que ce qu’il ne paraît.


Il s’agit de gags en une planche mettant en scène deux insectes en train de monter (dans la nature) un groupe néo-gothique. Mises en exergue, deux citations montrent où les deux auteurs (Diego Aranega au scénario et Jochen Gerner au dessin) veulent en venir. D’un côté, l’écrivain Jacques-Henri Fabre, passionné d’entomologie et de l’autre Maya l’abeille. Comiques de situations, renversement des valeurs, gags basés sur l’anthropomorphisme et d’autres pas du tout, certains un peu facile et peu drôles, d’autres hilarants, on rit finalement pas mal. Et puis il y a le dessin de Gerner, très distinctif, la fausse simplicité de sa mise en scène.

Sur un site (qui n’est pas mis à jour, http://welcome.to/jochen.gerner), on trouve cette citation : « La possibilité infinie de rapports entre l'écrit et l'image est pour moi l'intérêt principal de la bande dessinée : un système de représentation confrontant en permanence, dans une sorte d'alchimie, l'écrit et le visuel. C'est ce domaine là que je tente d'explorer de mon côté ou au sein de l'OuBaPo (Ouvroir de Bande dessinée Potentielle). » C’est ainsi qu’il présentait son travail sur Tintin en Amérique (Tnt en Amérique). Avec 100 000 Milliwatts, on est loin de telles considérations. Il n’empêche que on sent derrière cette bd accessible à tous des exigences intéressantes. Ou alors je délire et il ne faut pas m’en tenir rigueur.
Pour rire allez sur le site de Diego Aranega, le très drôle http://www.diegorama.com/


Les images ci-dessus sont (c) Delcourt et les auteurs, bien sûr.

2 commentaires:

Li-An a dit…

En fait je ne sais pas trop quoi en penser. Les extraits que j'ai lu ne m'ont pas convaincu...

Oslav Boum a dit…

J'étais déçu à ma première lecture et puis l'effet d'entraînement m'a conquis. C'est un sentiment ambigu et en même temps je conseille cet album... Oui, c'est bizarre.