mercredi 28 janvier 2009

24 heures de la bande dessinée



Les 24 Heures de la bd organisées à Angoulême sont sur le point de se finir mais certains auteurs et participants sont à la bourre.
Les contraintes de cette année : l'histoire doit se dérouler dans un musée. Et être muette (ce qui est un peu dégroovant je trouve). Quoi qu'il en soit, faut aller voir. Ne serait-ce que pour savoir pourquoi Lewis Trondheim court ?




2 commentaires:

Glorb a dit…

C'est toujours amusant de voir les planches se remplir au fur et à mesure (et les auteurs pester sur leurs blogs en disant qu'ils n'arrivent pas à m ettre en ligne parce que ça rame). Par contre la première année comme il y avait bcp moins de monde, la qualité était là et on pouvait suivre facilement. Là y a trop de monde je trouve, dont plein qui abandonnent vite (on peut pas vraiment leur reprocher) et d'autres qui sont vraiment pas géniaux, mais c'est aussi l'idée j'imagine, la bd par tous, pour tous. Foutu web 2.0 !

Oslav Boum a dit…

Oui, ça se bouscule au portillon. Moi, ce qui me gêne c'est la contrainte du muet, ça rend les choses quand même moins intéressantes. Disons que les meilleurs sortent plus facilement du lot...